Sept raisons d’aller à Gdańsk

Autrefois ville hanséatique, Gdańsk a longtemps été le point de départ des exportations de céréales polonaises vers le reste de l’Europe. Ce statut de ville libre et ce sens du commerce expliquent son opulente architecture mais aussi son rôle politique puisqu’elle a été le berceau du mouvement Solidarité.


Gdańsk attire par son histoire fascinante, son architecture majestueuse, la mer, la plage et l’ambre, mais avant tout son esprit de liberté. C’est en effet à Gdańsk qu’est né le mouvement Solidarité qui, sous la direction de Lech Wałęsa, allait conduire à la chute du communisme en Europe. Gdańsk a d’ailleurs donné naissance à deux lauréats du prix Nobel : Lech Wałęsa, prix Nobel de la paix 1983 et Günter Grass, prix Nobel de littérature 1999.

Marina de Gdańsk – © Destination Varsovie

Si vous y passez un weekend, ne manquez pas les trois croix qui s’élèvent sur la place de Solidarité et l’exposition « Le chemins vers la liberté » . Laissez-vous séduire par la magie de l’ambre, découvrez des trésors d’art et d’architecture avant de grimper au sommet de la tour de la cathédrale de Notre-Dame pour admirer le vaste panorama de la ville.

Outre un bel exercice de prononciation, le quartier de Wrzeszcz offrira aux amateurs de littérature une promenade sur les traces de Günter Grass tandis que le quartier d’Oliwa se distingue par un magnifique parc, sa cathédrale et le palais des Abbés.

Monument des trois croix de Gdańsk – © Destination Varsovie

L’air marin et l’esprit de liberté ne sauraient mieux se faire sentir qu’à Westerplatte où eurent lieu les premiers combats de la Deuxième Guerre mondiale. Accessible en bateau ou par la route, le monument aux Défenseurs de Westerplatte rappelle la lutte héroïque de ces soldats polonais contre l’envahisseur nazi, résistance que le pays poursuivra pendant toute la guerre.

Enfin, ne quittez pas Gdańsk sans vous rendre à Sopot, station balnéaire à la mode, très charmante et pittoresque. Connue pour sa jetée – la plus longue d’Europe –, elle est aussi bordée d’une large plage de sable blanc préservée des ravages que provoque le béton sur d’autres littoraux.

Un weekend à Gdańsk, c’est trop peu pour découvrir cette ville peu commune mais c’est suffisant pour en tomber amoureux et vous donner envie de revenir.

Ville de liberté

Solidarité (Solidarność), premier syndicat libre dans le bloc communiste, est né à Gdańsk. L’histoire de la grève au chantier naval de Gdańsk en 1980 est gravée dans la mémoire de chaque Polonais. Après dix-huit jours de mouvement social, les grévistes, sous la direction de Lech Wałęsa, obtiennent le 31 août 1980 la signature d’un programme en 21 points qui notamment légalise la fondation de syndicats libres et réaffirme la liberté d’expression.

Cet épisode marque le début de la fin de communisme en Europe et constitue l’une des plus importantes victoires de la Pologne depuis 1945. Solidarité a également connu un retentissement en dehors des frontières nationales et a contribué à ébranler l’Europe de l’est alors sous domination soviétique.

La place de Solidarité, devant l’entrée 2 du chantier naval, est donc un lieu exceptionnel. C’est là qu’en décembre 1970, l’armée a ouvert le feu sur des ouvriers sortant du travail, victimes aujourd’hui honorées par un monument. Quelques mètres plus loin, il est possible de visiter la salle « BHP » (équivalent des comités français d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail CHSCT) qui abritait le comité de grève.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour en apprendre davantage sur les événements historiques de la lutte des Polonais pour la liberté et la justice, l’exposition multimédia des « Chemins vers la liberté » revient sur la période de 1956 à 1989 et montre entre autres les fameux panneaux avec le programme d’août 1980. Ils ont été inscrits au registre international « Mémoire du Monde » de l’UNESCO.

Le « Gdańsk de la liberté » ne se limite pas au chantier naval. À l’église Sainte-Brigitte se trouve la chapelle de Solidarité avec un monument dédié à Jerzy Popiełuszko, un influent prêtre des années 1980 assassiné par les communistes. C’est aussi dans cette église que Lech Wałęsa avait de façon informelle son bureau et que l’opposition pouvait se réunir et trouver refuge. Les messes dominicales qui s’y déroulaient étaient également très souvent des manifestations de patriotisme et d’appel à la résistance contre l’oppression du régime.

Trésors d’art et d’architecture

Les ensembles d’œuvres et de monuments de Gdańsk, d’une beauté extraordinaire, témoignent de l’histoire millénaire de la ville. La Voie royale conduit ainsi de la porte Wyżynna à la porte Dorée et passe le long de l’Hôtel de ville, de la fontaine de Neptune – symbole de Gdańsk – et de la cour d’Artus pour aboutir à la porte Verte.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Derrière elle, on découvre les rives de la Mołtawa dont les eaux s’écoulent vers le bras mort de la Vistule. Là s’étend le Quai long, promenade surplombée par la plus ancienne grue portuaire d’Europe. Située au bord de la Mołtawa, elle est le monument le plus caractéristique de Gdańsk.

De nombreuses rues mènent au Quai long. L’une d’elles, la rue Mariacka, est le lieu des peintres et de l’ambre. En haut s’élève l’église gothique de Notre-Dame, plus grand édifice en briques en Europe. Elle abrite une très précieuse horloge astronomique – la plus haute du monde. Le sommet de la tour de la cathédrale de Notre-Dame permet d’admirer le vaste panorama de la ville.

Magie de l’ambre

Gdańsk est appelée la capitale mondiale de l’ambre. De riches collections peuvent être admirées au musée de l’Ambre situé dans la Tour de la prison sur les remparts. Si cela vous donne d’envie de repartir avec un peu d’or de la Baltique, la rue Mariacka, surnommée la Cinquième avenue de l’ambre, abonde en galeries.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’église Sainte-Brigitte mentionnée plus haut héberge également un véritable chef-d’œuvre de l’art de l’ambre – un autel monumental de 11 mètres de haut. Il prend la forme d’un triptyque dont la partie centrale représente Notre-Dame-du-Travail.

Sur les traces de Günter Grass

Günter Grass est né le 16 octobre 1927 à l’hôpital du quartier Wrzeszcz à Gdańsk, sur la rue Kliniczna. Sa famille a habité au 5 rue Lendzion puis au 13 rue Lelewel. Il est allé à l’école publique rue Pestalozzi avant de poursuivre au collège. En 1948, il entame ses études à l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf. Son premier roman, Le Tambour, voit le jour en 1952 et prend place à Gdańsk. Ce livre apporte à Günter Grass un succès international dont le point culminant sera l’octroi du prix Nobel de littérature en 1999. Au cours de sa carrière, l’auteur n’aura eu de cesse de souligner ses liens avec Gdańsk.

Oscar, personnage du Tambour de Günter Grass – © Destination Varsovie

Aujourd’hui, le quartier de Wrzeszcz propose une promenade sur les traces de Günter Grass pour découvrir les origines de l’écrivain. On y trouve même le banc où est assis Oscar, l’un des personnages du Tambour.

Quartier d’Oliwa

Le palais des Abbés à Oliva – © Destination Varsovie

Oliwa est un quartier charmant et tranquille de Gdańsk qui a été épargné par les destructions de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Au milieu d’un magnifique parc se dressent le palais des Abbés et la cathédrale d’Oliwa, dont les orgues richement ornés se mettent en mouvement avec la musique. Cette basilique contient de nombreux trésors artistiques : le maître-autel baroque, vingt autels latéraux, la chaire rococo, des stalles grandioses et des portraits de style Renaissance de nombreux bienfaiteurs du couvent. Le palais des Abbés est devenu une antenne du Musée national à Gdańsk spécialisée dans l’art contemporain. Sa Galerie polonaise permanente présente les collections qui documentent l’art polonais d’après 1945.

Westerplatte – lieu où débuta la Seconde Guerre Mondiale

Monument des Défenseurs de Westerplatte – © Destination Varsovie

C’est à Gdańsk que la Seconde Guerre mondiale éclata le 1er septembre 1939 à 4h45 avec les coups de feu du cuirassé allemand Schleswig-Holstein. Les commandants de l’armée allemande considéraient la prise de Westerplatte comme une tâche facile. Pourtant, une poignée de soldats polonais défendit ce bout de terre durant sept jours, gagnant ainsi le respect de l’ennemi qui accueillit avec les honneurs le commandant Henryk Sucharski lors de sa reddition. La traversée vers la presqu’île et son monument aux Défenseurs de Westerplatte peut s’effectuer en bateau-mouche.

Sopot, la plus célèbre station balnéaire et thermale de Pologne

Sopot attire de nombreuses manifestations en tout genre : expositions, concerts, festivals, conférences, rencontres internationales. Les rues remplies de cafés, de restaurants, de galeries d’art, la plage visible depuis de nombreux endroits de la ville, sont un havre de paix pour les habitants de Gdynia et Gdańsk après une journée de travail. Pour les touristes, c’est une destination idéale afin de se reposer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Depuis bientôt deux cents ans, la promenade sur la jetée est un point incontournable de la visite de Sopot, que l’on vienne de loin ou pour une promenade familiale le weekend. Longue d’un demi-kilomètre, elle offre l’occasion à la fois d’admirer le panorama de Sopot et de ressentir la beauté de la mer.

Laisser un commentaire