Chopin au Jardin du Luxembourg : une nouvelle tradition parisienne ?

Le Festival « Chopin au Jardin du Luxembourg » est une série de concerts organisés par l’Institut polonais en coopération avec le Sénat français, la Ville de Varsovie et son agence culturelle Stołeczna Estrada. Un événement qui fait écho aux concerts qui se tiennent chaque dimanche d’été au parc Łazienki de Varsovie.


15 heures 30, Jardin du Luxembourg, les spectateurs de la première heure arrivent. Ils viennent s’assurer une place assise et bien située. Les techniciens préparent le kiosque à musique du parc. Piano, éclairage, réglages sonores : tout doit être impeccable. Rapidement, les chaises manquent et les derniers arrivés sont heureux de trouver les marches devant la scène. À 17 heures, le concert peut commencer avec le traditionnel discours d’ouverture de Wanda Kutyła, en charge de la section musique classique à l’Institut polonais.

Naissance d’une tradition estivale

« Chopin au Jardin du Luxembourg » désigne une série de concerts organisés chaque année dans l’immense parc parisien. Les représentations, au nombre de cinq ou six par an, sont gratuites et permettent à tous d’écouter des pièces de Frédéric Chopin, le plus célèbre des compositeurs franco-polonais. Les interprètes regroupent aussi bien des pianistes reconnus que de nouveaux talents.

Le projet est né il y a six ans, inspiré d’une tradition similaire à Varsovie. Chaque année, la capitale polonaise propose en effet de mi-mai à septembre des concerts des œuvres Chopin au parc royal de Łazienki, le plus grand de la ville. Grâce à une collaboration entre le Sénat français, la Ville de Varsovie, l’agence Stołeczna Estrada et l’Institut polonais à Paris, organisateur principal, les Parisiens peuvent aussi passer un dimanche au vert sur un air de Chopin.

Chopin aux Jardins du Luxembourg

Cette année, « Chopin au Jardin du Luxembourg » s’est déroulé dans un contexte particulier en raison de la tenue en octobre de la XVIIe édition du Concours international de piano Frédéric Chopin. Ce concours a lieu tous les cinq ans et l’une des compétitions de piano les plus prestigieuses au monde. Le cru 2015 de « Chopin au Jardin du Luxembourg » a donc accueilli d’anciens lauréats (Ewa Pobłocka, Magdalena Lisak, Marc Laforêt) tout en faisant découvrir de jeunes talents (Piotr Orzechowski dit Pianohooligan, Piotr Nowak et Katarzyna Gołofit).

Parallèlement aux concerts se déroulait à Paris un festival plus large dénommé « Varsovie s’invite à Paris » . Organisé par la Ville de Varsovie, cet événement comportait des conférences sur la Pologne, des représentations théâtrales, des projections cinématographiques ainsi que deux expositions placées dans le métro parisien (Chopin, Le toucher pianistique à la station Gare de Lyon et Nous voici, les voilà aux stations Madeleine et Pyramides).

Une édition 2015 saisissante

Le caractère ouvert des concerts en plein air rend l’atmosphère plus détendue et favorise le dialogue avec le public, y compris après les représentations. Ewa Pobłocka, qui a inauguré cette année la série, s’est ainsi volontiers prêtée au jeu des questions des auditeurs et des journalistes, de même que Marc Laforêt, unique pianiste français de la saison mais au contact très naturel avec le public.

Marc Laforêt

La spontanéité propre au festival s’est aussi retrouvée dans le jeu des musiciens, puisque Piotr Orzechowski a donné une interprétation très personnelle de l’œuvre de Chopin avec des arrangements jazz. Le jeune Piotr Nowak a de son côté fait forte impression avec une exécution magistrale de l’étude n°11 opus 25 (Vent d’hiver).

Chopin et la Pologne

Qu’il s’agisse d’habitués ou de spectateurs de passage, le public a été conquis par ces différentes interprétations de la musique de Chopin. « Nous avons découvert ce festival par des amis qui nous en avaient parlé. Nous y avons assisté pour la première fois il y a cinq ans. Depuis, nous venons tous les ans«  , nous confient deux Anglaises, assises juste devant la scène. « Chopin incarne vraiment la Pologne. Ces concerts nous rappellent la musique polonaise qui passait à la radio dans notre jeunesse, avant la Seconde Guerre mondiale » .

Chopin, icône de la culture polonaise ? Un peu plus loin, un autre spectateur nuance ce propos : « Pour moi Chopin symbolise plutôt les échanges entre la culture polonaise et la culture française, ce que la Pologne a à offrir à la France et vice-versa » . Ainsi, « Chopin au Jardin du Luxembourg » a su s’imposer comme une tradition de l’été parisien, transportant chaque année les spectateurs entre la France et la Pologne, au fil de la musique de Frédéric Chopin.

Laisser un commentaire