À la découverte du Centre Copernic de Varsovie

Avec une fréquentation moyenne annuelle d’un million de visiteurs en moins de cinq ans d’existence, le Centre des sciences « Kopernik » s’est très vite hissé parmi les références du genre en Europe et inspire des initiatives similaires dans toute la Pologne. Le Courrier en a sélectionné pour vous quelques-unes afin que vous puissiez lutter contre la morosité de l’hiver et faire travailler votre matière grise tout en vous divertissant.


Situé à Varsovie, au bord du fleuve de la Vistule, le Centre des sciences « Kopernik » est l’une des institutions de ce type les plus modernes et les plus fréquentées en Europe avec environ un million de visiteurs chaque année – à titre de comparaison, le NEMO d’Amsterdam en reçoit deux fois moins. Le Centre Copernic, ouvert au public en novembre 2010, a été imaginé comme un centre de sciences nouvelle génération pour tous les âges, axé sur une approche ludique et expérimentale.

La mission principale du Centre consiste à répondre aux interrogations de la population touchant de près ou de loin à la science en faisant découvrir à tous les publics des phénomènes scientifiques, principes technologiques, applications et savoir-faire industriels. Pour ce faire, le Centre place ses visiteurs en situation d’expérimenter et de manipuler et favorise les liens directs entre eux et les scientifiques. Des nombreuses expositions interactives et des laboratoires permettent ainsi à chaque personne d’effectuer des expériences scientifiques et d’observer la science « en train de se faire » .

Le Centre Copernic au bord de la Vistule – © Centrum Nauki Kopernik

Un intérieur riche en animations et expositions

L’exposition permanente du Centre « Kopernik » est constituée de centaines de stations interactives réparties entre six galeries. Dans la galerie « Le monde en mouvement » , on peut essayer un simulateur de tremblement de terre, créer un court-métrage d’animation ou voir le squelette d’un être humain roulant à bicyclette. La galerie « Re:Génération » porte sur les énigmes de notre cerveau. On y découvre par exemple ce qui se passe dans la tête quand nous avons peur, sommes tristes ou amoureux. La galerie intitulée « Zone de lumière » nous permet de plonger dans le monde des illusions optiques, tandis que dans la galerie « L’homme et l’environnement » , c’est le visiteur lui-même qui devient l’objet d’expériences portant sur les possibilités et les limites de son corps, ainsi que sur les secrets des sens. La galerie « Les racines de la civilisation » présente l’histoire de la civilisation humaine et ses inventions principales. Il y a enfin une galerie conçue pour les enfants de moins 6 ans, « Bzzz! » . Elle se concentre autour des questions liées à la nature. Grâce à une exposition animée, les plus jeunes visiteurs peuvent par exemple découvrir à quoi ressemble le monde vu au travers des yeux d’un serpent ou le secret des kaléidoscopes.

À côté des expositions permanentes et temporaires destinées au grand public, le Centre propose dans ses salles diverses animations spécifiquement conçues pour les groupes scolaires, les enseignants désireux d’élargir leur répertoire de pratiques pédagogiques ou encore les familles souhaitant passer un week-end d’aventures scientifiques. De plus, le Centre organise chaque mois une «soirée pour adultes» afin d’attirer les visiteurs peu patients à l’égard des flots d’énergie des plus jeunes. Le Centre n’est alors ouvert que pour les personnes majeures et les activités se tiennent après 19 heures pour tenir compte de l’emploi du temps des salariés. Ce programme auquel participe le partenaire stratégique du Centre, Samsung, bat depuis son lancement des records de popularité.

En complément de l’offre du Centre, on trouve un planétarium dénommé «Le ciel de Copernic» et équipé d’un dôme de 16 mètres de diamètre. Grâce à l’écran panoramique à 360 degrés et aux nouvelles technologies multimédiales, les spectateurs des projections peuvent découvrir et comprendre l’immensité de l’univers. À l’intérieur du Centre, on pourra aussi découvrir un théâtre et un atelier robotiques ainsi que la « Majsternia » , une salle où toute personne est invitée à relever des défis d’ingénierie et bricoler en utilisant des objets ordinaires : pailles, trombones, perles, bandes de caoutchouc etc.

Vous n’êtes pas matheux ? Vous pensez que votre cerveau n’est tout simplement pas fait pour les énigmes de la physique et qu’il faut atteindre le niveau d’Albert Einstein ou du mathématicien surdoué Terence Tao pour s’amuser dans cet atelier ? Rien de plus faux ! « Vous pensez mieux que vous ne le pensez ! » , suggère dans sa devise le Centre « Kopernik ».

Les attractions offertes par le Centre ont également lieu hors-les-murs. On pourra ainsi faire des expériences en plein air au Parc des Explorateurs et en été, regarder à la belle étoile des films de vulgarisation scientifique. Au mois d’août, le Centre organise par ailleurs une Nuit des étoiles filantes qui attire chaque année des milliers de visiteurs allongés sur les berges de la Vistule afin d’assister au ballet céleste.

Le toit du Centre a pour sa part été aménagé en jardin qui joue non seulement un rôle d’ornementation mais aussi d’isolation phonique et de régulation thermique, protégeant ainsi le bâtiment de la chaleur en été et du froid en hiver. De là, on peut admirer le panorama du côté de Praga, sur l’autre rive de la Vistule ; le Pont Sainte-Croix (Świętokrzyski) ; le Stade national ainsi que les très beaux jardins du toit de la Bibliothèque universitaire avoisinante.

Le Parc des Explorateurs l’été – © Centrum Nauki Kopernik

Votre meilleur guide ? l’intuition !

Décidé à faire une visite au Centre ? Sur place, laissez-vous conduire par votre curiosité ! Il n’y a pas de guide ni des règles strictes pour l’itinéraire : c’est à vous de le définir et de décider quelles expériences vous souhaitez réaliser. Néanmoins, vous pourrez compter sur l’aide fournie par les panneaux d’information et, dans chaque galerie, par des animateurs passionnés de science et prêts à vous parler de phénomènes scientifiques et à vous expliquer comment fonctionnent les expositions.

Bénéficiant d’un large réseau de partenaires, le Centre organise de nombreux événements spéciaux. Outre les « soirées pour adultes » tenues sous les auspices de Samsung, il coordonne, conjointement avec la Radio polonaise, le Pique-nique de la science. Au cours de cette manifestation – la plus grande du genre dans toute l’Europe –, les sciences et techniques sont présentées au public sous forme d’animations, de visites de sites, de conférences et de rencontres.

Le Centre participe aussi à l’organisation du concours FameLab, l’une des plus grandes compétitions internationales de vulgarisation scientifique. Il s’adresse aux personnes âgés de plus de 21 ans, travaillant ou étudiant dans le domaine des sciences ou de l’ingénierie, et consiste à expliquer un concept scientifique au grand public en trois minutes chrono.

Un succès qui fait des petits

Espace inédit d’expositions et d’animations, le Centre des sciences « Kopernik » séduit d’année en année un public de plus en plus large. Il n’est ni le premier ni le seul centre scientifique « nouvelle génération » en Pologne mais constitue un projet phare, dont la popularité est devenue un moteur de développement pour d’autres centres d’animation et d’exposition ayant pour objectif de rendre accessible au grand public la culture scientifique.

On constate en effet que le Centre Copernic a fait prendre conscience du poids des centres scientifiques pour faire partager les enjeux de la recherche, développer la compréhension du travail des chercheurs par le grand public et plus généralement, ajouter une dimension scientifique à la culture des citoyens. Elle prend toute son importance en particulier dans des débats de société comme l’exploitation du gaz de schiste, de l’énergie nucléaire ou bien de la culture d’organismes génétiquement modifiés (OGM).

Parmi d’autres centres « nouvelle génération » en Pologne de découverte, d’information et de vulgarisation de la culture scientifique, on peut mentionner l’ « Experymentarium » ouvert en 2007 à Manufaktura, un centre commercial, culturel, de services et de divertissement situé dans le centre-ville de Łódź. Au bord de la mer Baltique, on trouve également l’ « Experiment » inauguré à Gdynia la même année ou bien l’ « Hewelianum » , qui fonctionne à Gdańsk depuis 2008. Ce dernier tire son nom du célèbre astronome de la ville Johannes Hevelius (Jan Heweliusz), dont les découvertes scientifiques connurent un retentissement dans toute l’Europe au point de lui valoir une bourse du roi français Louis XIV et un siège à la Royal Society de Londres.

L’Hewelianum de Gdańsk, situé dans l’ancien fort de Mont Grêle – © Centrum Hewelianum

À la suite de l’ouverture en 2010 du Centre des sciences « Kopernik » , d’autres projets d’inspiration similaire ont vu le jour : « Humanitarium » de Wrocław (2011), Moulin du savoir de Toruń (2013), extension de l’ « Experiment » de Gdynia (2013) ou encore le Centre des sciences Léonard de Vinci à Chęciny au sud-est de la Pologne (2014). On peut également citer l’exposition « Les géants de la puissance » organisée par PGE, le principal producteur polonais d’électricité, et dévoilée en mai 2014 au centre culturel de la municipalité de Bełchatów, près de Łódź.

La liste ne s’arrête pas là et d’autres centres sont en cours de construction ou de conception. Les projets de Centre scientifique et technique EC1 à Łódź et le Centre de Silésie pour la science à Katowice pourraient ainsi rivaliser avec le « Kopernik » en termes de taille et de nombre d’attractions tandis que d’autres devraient avoir une ampleur plus modeste, comme le futur Centre énergétique des sciences de Kielce (sud-est) ou le Centre des sciences Kepler et son planétarium Venus de Zielona Góra (ouest).

Toutes les initiatives visant à favoriser la curiosité du grand public pour la physique, la mécanique, l’astronomie, les mathématiques et d’autres domaines scientifiques ne se résument pas à la construction de nouveaux centres. Suivant les mêmes principes d’interactivité, des parcs éducatifs se multiplient à l’exemple de celui ouvert à Cracovie en 2007, le Jardin des expériences Stanisław Lem. À la frontière avec la République tchèque, Pokrzywna possède également sa « Ville perdue de Rosenau » tandis que Mościska, près de Varsovie, a développé une « Ferme des illusions » . De quoi former une nouvelle génération de talents et encourager les jeunes à davantage se tourner vers les disciplines scientifiques à l’université.

Un commentaire

Laisser un commentaire